top of page

Mobilisation générale : tous aux abris !

Billet d'humeur | Un pet de truviòlas

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. Un mal qui répand la terreur, mal que le Ciel en sa fureur inventa pour punir les crimes de la Cité. [La Covid] (puisqu’il faut l’appeler par son nom) faisait aux citoyens la guerre. Plus d’amour, partant plus de joie… Le lion tint conseil, et dit : « Mes chers amis, je crois que le Ciel a permis pour nos péchés cette infortune, que le plus coupable d’entre nous se sacrifie aux traits du céleste courroux peut-être il obtiendra la guérison commune ».

[d'après Jean de La Fontaine 1678]

COMME L’AN QUARANTE ?

À ses administrés tenant échoppe, le lion écrit : « …nous sommes dans l’obligation de rester vigilants, et je vous le demande…» A l’adresse de récalcitrants tentés de désobéir, le ton se fait menaçant : «… les forces de police le constateront et vous forceront à fermer votre commerce…», l’emploi du futur ne laissant aucun doute sur la coupable intention de ces pécheurs qui s’en moqueraient… comme de l’an quarante.

TOUS EN CABANE !

Les pandores abandonneront-ils désormais la fourragère contre le mètre en ruban ? Monsieur, assis aux côtés de Madame, partagent-ils la même couche ? Les enfants assis à leur table sont-ils même-père – même-mère ? Papiers s’il vous plaît !

« Obligation…forceront… mobilisation… répression… extrême… » Si, comme disait ma grand-mère, « les mots ont un sens », le prétexte de ce mal absolu, lui, n’en serait pas dépourvu ! Et mon grand-père de chanter : « la tagadatactique du genda-arme, c’est d’être toujours là quand on ne s’y attend pas… »

Isa Dumont, calamèra | billetiste

ill. Gustave Doré 1868 lic. Creative commons Domaine public




10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page