Hercule, nouveau demi-dieu de l'énergie

Programme de restructuration Hercule


Depuis 2019, le gouvernement français et la commission européenne négocient en toute opacité la réorganisation du 2ndproducteur mondial d'énergie.

Le PDG actuel d'EDF SA nous explique que l'Europe nous contraint à restructurer EDF et propose sa vision sous le projet Hercule (différentes versions successives).


Le contexte :

Des investissements sont nécessaires et plusieurs raisons sont avancées :

  • modernisation du parc de production

  • l'avenir des EPR ? (France et Royaume-Uni)

  • fermeture des tranches nucléaires

  • construction de la centrale britannique de Hinkley Point C

De plus l'entreprise connaît un endettement insoutenable (42 milliards d'€) qui va continuer de s'accroître avec la baisse du nucléaire.

Enfin il demeure un contentieux avec Bruxelles :

  • la gestion des centrales hydroélectriques doit être soumise à des appels d'offres

  • l'accès réglementé à l'énergie nucléaire impose des tarifs que EDF souhaite augmenter pour être rentable. La décision appartient à Bruxelles.

Le projet : restructuration euro-compatible ou démantèlement ?

Ce qui est proposé : constitution d'une holding avec 3 filiales indépendantes :

EDF Vert qui engloberait les énergies renouvelables (petite hydroélectricité, éolien, photovoltaïque) et les réseaux de distribution (ENEDIS, SEI en outre-mer) ainsi que les activités commerciales.

Cette filiale serait cotée en bourse (ouverture de 30 à 35% du capital).

EDF Bleu qui engloberait les activités nucléaires, le transport (RTE) et la gestion de la dette.

Cette filiale resterait publique

EDF Azur (filiale de EDF Bleu) : grande hydroélectricité. 100% publique.


Ce projet se heurte à la mobilisation des syndicats et du personnel de l'entreprise ainsi qu'à celle de nombreux parlementaires de tous bords politiques qui en appellent à l'opinion publique.



Il faut organiser un débat public sur l'avenir d'EDF et ses moyens d'investissements au service des citoyen.ne.s.

Il plane un risque énorme sur ce projet : la distribution et les énergies renouvelables seraient privatisées (partie la plus rentable).

Le prix de l'énergie serait calqué sur ceux du marché : hausses de tarif, rationnement, énergie à plusieurs vitesses – pour les plus riches et les plus pauvres.


escambis échanges
los tèrmis d'un escambi | les termes d'un échange

Le réseau de distribution publique – ENEDIS – étant privatisé, il existe de même un risque de distribution à plusieurs vitesses - pour les plus riches et les plus pauvres, pour les zones urbaines et les zones rurales - près des autoroutes de l'énergie ou dans une zone mal desservie.


Dès que les conditions sanitaires le permettront, nous organiserons une rencontre pour échanger avec les citoyen.nes sur les enjeux à venir.